Incurie : le nettoyage est une des étapes de l'accompagnement

Incurie signifie étymologiquement insouciance envers soi ou envers autrui. Ce mot traduit l’abandon total de toutes conventions sociales, associé à une négligence de soi-même. Il s’agit de ce fait d’un total manque d’hygiène et de soin de soi-même. Ce comportement conférant indifférence totale aux effets que cela produit représente les symptômes d’une maladie atteignant notamment les personnes souffrant de psychose, dépression, voire même démence.

Table des matières

1 - L'incurie physique

L’incurie se caractérise par l’absence d’hygiène et de soin de son corps. Il s’agit d’une pathologie dont la gravité s’évalue en fonction de quelques critères. Effectivement, si la personne souffre de cette maladie, cela se traduit par un manque d’hygiène total de son propre corps. Elle est totalement consciente de son état mais ne fait aucun effort pour le modifier.

Le patient souffrant de cette maladie modifie le comportement de l’individu dans la mesure où il devient plus fréquent qu’il s’isole et rompt totalement tous les liens sociaux qu’il avait auparavant. Cet état entraîne le patient à atteindre petit à petit une phase de psychose sans qu’il s’en aperçoive.

Appartement sale

2 - Dans un logement

L’incurie existe aussi dans un logement, et se traduit par une totale indifférence envers un encombrement total de l’espace. Elle existe surtout dans le logement des patients atteints de la même maladie, d’où l’accumulation de divers objets sans aucune intention de rangement et en toute insouciance. L’occupant de la maison ne pense même pas à apporter un changement à son logement insalubre même en vivant au quotidien dans un appartement sale, ou une maison très sale. Or, un logement insalubre est à la source de divers risques sanitaires. Cette forme s’avère être une forme fréquente mais difficile à traiter, notamment avec une occupation traduisant une insalubrité morbide.

De plus, choquant d’un point de vue extérieur, cet état peut aussi entraîner des nuisances ou de accidents domestiques. Dans ce cas, des objets cassés peuvent survenir de manière à entraîner un certain inconfort avec une difficulté de circuler à l’intérieur. Il est possible d’assimiler cette pathologie au syndrome de Diogène. Il s’agit en fait d’une manière de s’abandonner et d’abandonner en même temps, tous les soins afférents à soi-même et à son environnement immédiat.

3 - Les orgines

En règle générale, et selon les scientifiques, l’incurie est un syndrome déclenché par un événement marquant dans la vie d’un individu. De ce fait, elle peut être traduite comme un symptôme d’handicap psychique.

Véritable maladie du siècle, elle est une pathologie peu connue, alors qu’elle peut cacher derrière elle le syndrome de Diogène. Dans la mesure du possible, un diagnostic rapide devrait être fait avant de vivre dans un logement insalubre qui s’avère être dangereux pour la santé, avec des conséquences psychiques et physiques élevées.

4 - Les conséquences

L’incurie de logement, appelée également syllogomanie est un état entraînant de mauvaises conséquences, aussi bien pour l’individu que pour sa maison. Cela concerne l’apparition des nuisibles, mais aussi le risque d’odeurs nauséabondes dans la maison. Au même titre, cela peut être à la source d’infections pour les occupants de la maison.

De la même manière, l’absence d’hygiène personnelle associée à l’incurie de logement représente un facteur de risques pour la santé du patient.

D’autre part, sans entretien et nettoyage appropriés, certains équipements et appareils électroménagers peuvent être à la source de risques d’incendie.

Le pire dans tout cela, c’est qu’outre les infections et autres risques sanitaires, le patient qui s’isole de toute vie sociale est vulnérable à d’autres syndromes, pour ne citer que la dépression et au pire la démence. Cela résulte du fait que ce type de patient n’a plus aucune notion du temps, d’où l’installation progressive d’une ignorance et d’indifférence.

5- Le traitement de l'incurie

En premier lieu, il faut écarter totalement de la pensée l’intention de forcer un patient souffrant de cette pathologie à se laver. Cela ne pourra rien arranger, et ajoutera plus de problèmes à ses difficultés psychiques.

La solution la plus adaptée consiste d’abord à signaler un cas de syllogomanie, notamment à un stade avancé d’encombrement de logement ou suite à un décès dans le logement. Cette étape franchie, il faut organiser une visite à domicile pour ce patient, accompagné d’un psychiatre et d’un proche du patient. En tant qu’autorité de la commune de résidence du patient, le maire peut se charger d’ordonner le déblaiement et le nettoyage, ainsi que la désinfection du logement et la dératisation si besoin est.

incurie

6- Appartement très sale : le traitement curatif

D’un autre côté, il est aussi important de convaincre le patient à se faire examiner. Cette solution servira à détecter la source du problème ayant entraîné la maladie. En fonction du résultat des analyses et examens, le patient sera hospitalisé ou rentrera chez lui. Dans les deux cas, il sera suivi par une organisation spécialisée qui l’accompagnera dans le traitement de sa maladie. Cela est nécessaire dans la mesure où une rechute pourrait être fatale pour le patient, mais surtout très rapide.

Enfin, en présence d’animaux dans la maison très sale, ces derniers seront hébergés dans un centre d’accueil pendant l’absence de leur propriétaire. Une fois que ce dernier retourne chez elle, ils seront de nouveau remis à leurs propriétaires

7- Logement insalubre : les possibilités d'aide

Dans la plupart des cas, les personnes atteintes de l’incurie sont très fermées et ne refusent toujours l’aide de leur entourage. Elles ne reviennent sur leur décision que face à un autre traumatisme, soit l’expulsion des lieux. Ainsi, elles n’acceptent de prendre le dessus pour se laver et nettoyer leur logement qu’une fois face à cette menace. Mais dans cette démarche, ces individus ont besoin d’assistance et d’accompagnement. A cette étape, une entreprise de nettoyage peut intervenir pour procéder au débarras de logement. Il s’agit aussi d’une occasion pour faire la désinfection de logement, notamment avant que le patient réintègre les lieux. L’intervention des professionnels est nécessaire pour leur bien et celui de leur entourage. Cette solution s’avère être l’issue de sortie pour retrouver une bonne hygiène.

Désinfection poignée

8- L'accompagnement étape par étape

L’incurie est une maladie survenant suite à un événement marquant qui a entraîné un traumatisme. L’indifférence est le premier signe permettant de détecter cette pathologie, et cela commence par le patient lui-même. En évitant de s’occuper de lui, et des normes d’hygiène les plus minimes, le patient indique déjà qu’il a besoin d’assistance. Si cela continue avec son logement qui devient un foutoir après quelques temps, il est temps d’avertir les autorités, notamment s’il ne veut entendre raison des autres personnes. Le voisinage, ainsi que les proches peut être le premier assistant. Cette démarche, effectuée auprès de la mairie est une solution pour sauver la vie d’un individu malade. L’autre soin consiste à l’aider à intégrer des soins spécialisés.

Dans le cadre d’une incurie constatée après le décès de l’occupant d’un logement, le nettoyage est l’étape la plus importante. Cela consiste à se débarrasser de tous les objets inutiles et de sauvegarder les documents utiles. La suite consiste au nettoyage de la maison de fond en comble. Cela peut être suivi d’une désinfection totale et d’une rénovation si nécessaire pour permettre la cession ou la succession du bien immobilier.

Dans tous les cas, l’intervention d’une entreprise de nettoyage et d’une société de nettoyage peut être utile pour éviter de tout envoyer à la destruction.

Il est aussi à noter que la prise en charge à temps de ces cas permettent de soigner les patients à temps et de les faire revenir dans la société.

Click to rate this post!
[Total: 6 Average: 5]

Laisser un commentaire