Comment traiter l’incurie

L’incurie est une maladie qui se manifeste par un comportement de négligence chez la personne touchée. Cette dernière néglige son hygiène, sa nourriture, sa médication ou son habitat. Ces symptômes s’accompagnent généralement d’une accumulation compulsive d’objets.

Table des matières

L'incurie : une maladie méconnue

Cette maladie peut se manifester à cause de dommages cérébraux. Elle peut aussi résulter d’une pathologie physique ou d’une maladie mentale. Ces dernières affectent les capacités physiques et cognitives d’une personne.

Pourtant, l’autonégligence impacte la santé de celui qui en souffre. Le manque d’attention engendre des maladies comme la dénutrition. Par ailleurs, le manque d’hygiène favorise la prolifération de bactéries et de microbes.

À noter que les personnes qui souffrent du syndrome de Diogène sont généralement rejetées par leur entourage. C’est pourquoi une personne qui souffre de cette maladie est souvent asociale, car le rejet des autres accentue son isolement.

Comment reconnaitre une personne qui souffre de cette maladie ?

Elle est reconnaissable à travers son manque d’hygiène et l’insalubrité de son habitation. En effet, l’individu présente une mauvaise hygiène corporelle. Il ne fait plus attention à son corps, ses cheveux et prend rarement une douche. Les habitudes basiques comme le brossage des dents sont totalement négligées.

 

Son habitation est soumise à la même problématique. Un individu qui souffre d’incurie se trouve généralement dans une dépression profonde. Par conséquent, le sujet néglige également le ménage. Pourtant, cette négligence de son logement s’accompagne d’une accumulation excessive d’objets. Ce symptôme est appelé « syndrome de Diogène » ou syllogomanie.

 

La personne est reconnaissable à son refus de toutes aides extérieures. Elle n’entretient plus de liens avec son entourage. Cet isolement résulte d’un sentiment de honte vis-à-vis de son état. Le sujet craint d’être associé à la fainéantise. Pourtant, l’isolation ne fait que retarder le diagnostic et le traitement de la maladie. L’individu peut déjà subir les conséquences de son état, c’est-à-dire des maladies relatives à son manque d’hygiène.

Comment se manifeste cette maladie dans un logement ?

L’incurie est souvent associée au syndrome de Diogène. Il s’agit d’une maladie pathologique de l’ordre de la psychiatrie. Le syndrome de Diogène est aussi appelé « la syllogomanie » ou « le collectionnisme ». Il se manifeste par une accumulation excessive d’objets qui n’ont pas d’utilité avérée.

 

Une personne qui souffre de cette maladie ne peut pas se défaire des objets qui n’ont aucune valeur. Par conséquent, ces affaires encombrent son logement. Associé au manque d’entretien, cet état risque de plonger l’habitat dans un état insalubre. L’occupant risque de manquer d’espace vital.

 

Dans certains cas, l’accumulation s’étend aux déchets et aux poubelles. Pourtant, cet état représente une menace pour le voisinage. Le mauvais entretien d’un logement favorise le développement des champignons et des bactéries. Ces derniers sont à l’origine des intoxications ainsi que des allergies. Pire, les souris et les rats sont responsables de différentes maladies.

Les profils des personnes qui sont atteints de cette maladie

Les symptômes de l’incurie sont généralement associés aux pathologies suivantes :

 

  • la psychose : paranoïa et schizophrénie ;
  • la dépression ;
  • les tocs ou troubles obsessionnels compulsifs ;
  • les troubles neurologiques : la maladie d’Alzheimer, la démence, les tumeurs cérébrales, l’AVC.

Selon les spécialistes, une manifestation de manière isolée est rare. La maladie s’accompagne généralement d’une autre pathologie. Selon les études, les femmes sont plus enclines à souffrir de cette maladie que les hommes. Cette statistique s’explique par le fait que les femmes ont une espérance de vie supérieure aux hommes. Pourtant, cette pathologie est constatée chez les personnes qui ont plus de 65 ans.

Existe-t-il un traitement à cette maladie ?

La première étape dans son traitement consiste à instaurer une relation de confiance avec le sujet. Cela le conduit sur le chemin de l’acceptation afin de pouvoir traiter la pathologie.

 

Si cette étape a échoué, une hospitalisation forcée est une mesure nécessaire. À noter que le syndrome de Diogène n’est pas considéré comme une maladie. Dans le cadre médical, il est important de prendre en main les autres symptômes associés.

 

Les spécialistes recommandent de favoriser l’hospitalisation de son propre gré. Cette solution est envisageable si l’état de la personne ne menace pas encore son entourage.

 

Une prise en charge pluridisciplinaire est indispensable pour traiter cette maladie. Cette prise en charge peut être dans :

 

  • un service psychologique pour traiter les troubles de l’humeur ;
  • le domaine psychiatrique si le sujet souffre de TOC ou démence ;
  • le secteur médical si la maladie affecte la santé du patient.

Que faire si une personne de votre famille ou de votre entourage souffre de l’incurie ? Le premier réflexe est d’en informer le syndic de copropriété. Ensuite, vous devez le signaler à la mairie ou au service social. Vous pouvez contacter son médecin traitant afin qu’il le redirige vers un neurologue ou un psychiatre. Enfin, vous pouvez solliciter l’aide d’une entreprise pour réaliser le nettoyage de l’habitation. Cela lui permet de retrouver une bonne qualité de vie. Si vous êtes tenté par cette solution, n’hésitez pas à nous contacter pour demander un devis ou pour plus d’informations sur nos prestations.

Pourquoi semble-t-il si difficile à traiter ?

Une personne qui souffre d’incurie a une faible d’estime d’elle-même. Elle est réticente à l’idée de solliciter de l’aide extérieure. Cet état s’accompagne d’une culpabilité qui la pousse à se renfermer sur elle-même. Pourtant, cette situation la détruit petit à petit.

 

Cette maladie est souvent associée à la dépression. Un état qui freine toute initiative de désencombrer son logement ou d’effectuer un nettoyage. C’est pourquoi une aide de professionnels est indispensable pour une guérison.

 

La première étape consiste à réaliser une consultation chez un médecin généraliste. Ce dernier réoriente vers un professionnel qualifié. Cela peut être un thérapeute, un psychologue ou un psychiatre.

 

Le protocole de soins n’est pas souvent facile à mettre en place étant donné la réticence du sujet à être traité. En effet, il a peur du changement. C’est pourquoi l’intervention des personnes proches, qu’il s’agisse de la famille ou des amis, est essentielle dans le processus de guérison. Ils doivent trouver les bons mots pour encourager le patient à surmonter cette situation difficile et à renouer avec une meilleure qualité de vie.

Click to rate this post!
[Total: 1 Average: 5]

Laisser un commentaire